Société d'Agriculture Sciences et Arts de la Sarthe

Société d'Agriculture Sciences et Arts de la Sarthe

Fernand LETESSIER (1914-1987)

 Des sociétaires piliers de Sciences et Arts

 

 

 

Fernand LETESSIER (1914-1987)

par Didier Béoutis

 

 

 

 

  

 

Secrétaire général, puis vice-président de Sciences et Arts (1958-1987),

historien de la littérature du XIXe siècle et de celle du Maine

 

Né au Mans, le 10 septembre 1914, Fernand Letessier accomplit, de 1924 à 1932, dans toutes les matières, de brillantes études au lycée de garçons, obtenant chaque année le prix d’excellence, ainsi qu’un accessit au concours général de thème latin. Il fit ses études supérieures de lettres classiques à Rennes, Caen, enfin à Paris où il rédigea, sous la direction de Mme Durry, un mémoire de diplôme d’études supérieures sur La vie de Rancé, dernière œuvre de Chateaubriand. Tout en exerçant comme professeur adjoint au lycée Janson de Sailly, Fernand Letessier passa avec succès l’agrégation de grammaire, en 1938. Son premier poste fut au lycée Descartes à Tours, où il succéda, sur la chaire de 6ème, à Léopold Ségar Senghor.

Mobilisé dans le train automobile en septembre 1939, le jeune professeur combattit, comme aspirant de réserve, avec les cavaliers de Saumur, en juin 1940, en évitant d’être fait prisonnier, et en réussissant à gagner Le Mans. Démobilisé, il fut alors recruté, à la rentrée d’octobre 1940, comme professeur au lycée de garçons du Mans où il resta en poste pendant trente-quatre ans, enseignant avec succès, dans toutes les classes, le français, le latin et le grec, jusqu’à son départ à la retraite, en 1974. Président de l’Amicale des professeurs du lycée, archivistes de l’Amicale des anciens élèves, Fernand Letessier fut, jusqu’à son décès, la « mémoire » de l’établissement, où il avait passé 42 ans de sa vie. Ses portraits de collègues, rédigés notamment pour les cérémonies de départ en retraite, constituent de véritables petits chef d’œuvre, toujours bien vus et amusants, jamais méchants. Il avait milité pour que le lycée de garçons s’appelât Peletier du Mans, du nom de l’érudit manceau de la Pléiade, mais le préfet lui préféra Montesquieu, plus connu. 

Admis à Sciences et Arts en 1941, Fernand Letessier fut extrêmement actif dans notre compagnie pendant plus de quarante ans. Nommé secrétaire général – fonction créée pour lui en 1958 et doublée de titre de vice-président en 1978 –, Fernand Letessier rédigeait, chaque mois, les comptes rendus des séances, ainsi qu’une chronique – fort utile à l’historien – des évènements politiques, économiques et sociaux, des recensions d’ouvrages et des notices nécrologiques, parues dans le bulletin mensuel. Il donna aussi des articles dans les autres revues savantes de la Sarthe, La Vie Mancelle, La Revue historique et archéologique notamment.

Fernand Letessier avait rédigé, pour le Guide littéraire de la France (Hachette, 1954), les notices relatives aux écrivains de la Sarthe, la Mayenne et l’Orne. Spécialisé dans l’histoire littéraire du XIXe siècle et les Romantiques, il publia des articles dans diverses revues savantes et rédigea, chez Didier et Hatier, pour les « classiques » à l’usage des lycéens et étudiants, des éditions commentées de Chateaubriand et d’Hugo. Son « grand œuvre » est une édition critique des Méditations de Lamartine (100 pages d’introduction et 300 de notes !), publiée en 1968 chez Garnier frères, qui manqua, de peu, le Prix de l’édition critique. Fernand Letessier s’attacha aussi, dans les revues sarthoises, à évoquer notamment le passage dans le Maine des Romantiques du XIXe siècle. Mais, très polyvalent, aucun sujet relatif à la littérature ou à l’histoire du Maine ne lui était étranger. Ses travaux sur Lamartine lui valurent d’être, pour l’année 1986, élu président de l’Académie de Mâcon, aux séances de laquelle, malgré la distance, il était toujours très assidu.

Son attachement à la Sarthe lui avait fait renoncer à une carrière universitaire qui se serait nécessairement avérée brillante. Homme modeste, fuyant les honneurs, Fernand Letessier ne prétendit jamais au poste de président de Sciences et Arts qu’il aurait cent fois mérité d’être.

Avec Fernand Letessier, notre compagnie a eu la chance de pouvoir compter, pendant de longues années, sur un administrateur de très haut niveau,

aussi érudit que dévoué.

 



09/10/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres